A la une

  • EDITION

    Dox

    Dominique Ranaivoson et la couverture de l'ouvrage sur Dox

    Dominique Ranaivoson : « Il m’a semblé utile de faire un portrait à plusieurs voix de Dox, une des références en matière de poésie à Madagascar »

    Propos recueillis par Joël Sylvain Rasamoely | 2010

    (Mada) Un important ouvrage collectif sur Dox, homme de lettres malgache illustre aujourd’hui disparu, sera lancé le 14 novembre au cours d’une manifestation publique, à la fois littéraire et artistique, à Antananarivo. Dominique Ranaivoson est à l’origine de cet ouvrage. Elle nous en parle au cours d’un entretien accordé à Mada.

    Jean-Verdi Salomon Razakandraina (1913-1978) dit Dox est un poète célèbre à Madagascar mais dont l’œuvre très variée en français et en malgache ne circule que grâce aux manuels scolaires et à la chanson. Grand admirateur de la culture française, Dox a toute sa vie écrit des poèmes, des pièces de théâtre et des chansons dont les textes restent aujourd’hui dispersés. Traducteur de Corneille et de Racine en malgache, il a fait connaître ces auteurs à la lumière des questions nationales et de ses interrogations personnelles.

    Pour la première fois, des témoins et des critiques littéraires se penchent ensemble sur cette œuvre fascinante, sur le personnage quasi mythique qu’est devenu Dox afin d’aider les publics français et malgache à mieux comprendre le rôle de cet infatigable passeur de langues et de cultures. De nombreux extrais de ses œuvres épuisées ou inédites sont présentés et traduits au fil de cette exploration au cœur de l’œuvre poétique, musicale, dramaturgique et politique de Dox.

    Dominique Ranaivoson est la coordinatrice de cet important ouvrage sur Dox. Elle est une spécialiste de la littérature malgache, enseignante, critique littéraire, chercheur associé à l’université de Metz. Mada l’a interrogé sur sa nouvelle initiative..

    O Mada : Dominique Ranaivoson, vous travaillez beaucoup sur la littérature francophone malgache, vous avez présenté en avril 2009 un second volume de textes contemporains Nouvelles chroniques de Madagascar et vous allez présenter le 14 novembre un livre sur Dox : avez-vous changé de terrain ?

    Dominique Ranaivoson : C’est vrai que depuis 2005 avec les Chroniques de Madagascar qui contenaient douze textes, pirogue sur le vide , les nouvelles de David Jaomanoro en 2006, Zovy en 2007, les Nouvelles chroniques de Madagascar en avril, j’ai voulu mettre en avant les écrivains malgaches francophones d’aujourd’hui. Je poursuis ce travail d’édition et d’analyse par des articles mais j’ai senti le besoin d’offrir au public des ouvrages qui présentent de manière un peu complète les écrivains de référence. Dox est une des références en matière de poésie et il m’a semblé utile d’en faire un portrait à plusieurs voix. Ce livre est donc collectif puisque je me suis entourée de collaborateurs ayant chacun un angle de vue différent. Il m’a semblé utile de faire un portrait à plusieurs voix de Dox, une des des références en matière de poésie à Madagascar

    O Comment avez-vous constitué cette équipe ?

    En 2003 à Madagascar et en 2006 en France, j’ai assisté à diverses manifestations et hommages sur Dox et son œuvre. J’y ai appris beaucoup mais ai aussi remarqué la grande part de témoignages personnels qui donnaient une touche à la fois vivante, proche, mais provisoire à la vision sur Dox. Je me suis dis, quand ces témoins ne seront plus là ou quand on n’a pas le privilège de les entendre, quand on voudra synthétiser ces anecdotes et impressions, quel outil sera disponible pour tous ? Si quelques recueils de poèmes restaient disponibles, aucun ouvrage ne présentait les divers volets de l’œuvre de Dox, à la fois poète, auteur de pièces de théâtre, traducteur, musicien, militant. J’ai donc cherché à conjuguer les approches, les compétences et les talents.

    O Présentez-vous les co-auteurs de ce livre.

    Le livre comprend sept chapitres qui abordent la biographie de Dox, sa place dans la vie littéraire de son temps, son œuvre poétique, son rapport à la musique, son lien au théâtre et à la politique. Pour chacune de ces facettes, le livre comprend une analyse et un témoignage. Les fils de Dox, Elie et Dédé, sont bien sûr les premiers témoins puis les analystes de la musique et du théâtre, sa petite-fille Hanitr’Ony, elle-même poète, l’est de la poésie avec François-Xavier Razafimahatratra. La place dans la vie politique et particulièrement lors des événements de 1972 est analysée par Nalisoa Ravalitera, témoin et proche de Dox à cette période. Enfin, les témoins avec lequel j’ai fait des entretiens sont son ami et poète Paul Abraham, le metteur en scène Haja Ravaloson qui a monté une pièce de Dox. Je tiens à citer et remercier d’autres participants indirects à cette entreprise, Henri Rahaingoson que j’ai longuement interrogé sur le théâtre et la traduction chez Dox, Solofo José qui a donné des textes de jeunes auteurs marqués par Dox, Irène Rasendra Randrianarisoa qui a permis que ses traductions de Dox soient citées dans mes contributions. Vous voyez que ce livre est un bouquet de talents et une somme d’expériences !

    O A qui est destiné ce livre ? Chacun croit déjà connaître Dox !

    Effectivement, pratiquement chaque personne rencontrée peut réciter quelques vers et Dox avait une personnalité si marquante que son ombre plane encore, et pas seulement sur le milieu littéraire. Mais au-delà d’une impression, on connaît peu l’ensemble de sa pensée. Il me semble qu’il est temps de récapituler les éléments épars pour donner un portrait un peu organisé de l’homme, une analyse qui ouvre des pistes dans diverses directions. Ce livre est donc destiné à tous ceux qui aiment déjà Dox et veulent le connaître mieux et mettre des mots sur des impressions, à ceux pour qui le nom seul vole dans l’imagination et enfin au public français qui ne connaît pas du tout celui qui a traduit de nombreux auteurs français dont Racine et Corneille. Il peut être un outil entre les mains des enseignants et une référence pour tous ceux qui désirent acquérir une vue d’ensemble sur la culture malgache.

    O Où présenterez-vous ce livre le 14 novembre ?

    La présentation sera en présence des co-auteurs au CCAC le 14 novembre à 10 heures. Chacun exposera sa vision de Dox et nous entendrons des extraits de poèmes mis en musique par le groupe Sorajavona et de pièces de théâtre. L’entrée de cette manifestation est libre et gratuite. Le livre sera ensuite diffusé dans les librairies malgaches et françaises ainsi que sur les sites de vente en ligne. Il est le résultat de l’efficacité d’une autre équipe, celles des éditeurs Tsipika et Sépia qui ont reçu le soutien du service culturel de l’ambassade de France.

     

     

Imprimer Retour

 

pub

 

pub

 

pub