A la une

  • MUTUELLE DE MADAGASCAR

    photo

    Dera Ramandraivonona, président de la Mutuelle de Madagascar

    L'organisation qui fédère le plus de Malgaches en France

    Par Joël Sylvain Rasamoely | 18/01/2011

    (MADA.pro) Un décès, en particulier lorsqu’il survient loin de la terre natale, est un événement tragique. Il est très lourd à assumer, lorsque cela se passe notamment dans un pays lointain comme la France. En fait, bon nombre de Malgaches de l’Hexagone souhaitent rapatrier les restes des leurs au pays. Or, il n’est pas toujours facile de rassembler en si peu de temps l’argent nécessaire pour ce faire. C’est que, il faut trouver entre 4 500 et 8 000 € pour les rapatriements de corps et 2 000 à 3 000 € pour les obsèques en France. Devant de telles situations, la Mutuelle de Madagascar a été mise sur pied à Paris en décembre 1990 pour répondre à ces besoins spécifiques des Malgaches expatriés en France. Avec près de 4000 membres, elle est aujourd’hui devenue l'association qui compte le plus de Malgaches à l'extérieur de la Grande Ile.

    Pendant longtemps, c’est en plein Paris, au 40è étage de la construction la plus élevée de la capitale française, en l’occurrence la Tour Montparnasse, que se trouvaient les bureaux de la Mutuelle de Madagascar. Mais, depuis quelques mois, celle-ci a abandonné cette adresse prestigieuse pour s’établir à Malakoff, en banlieue parisienne. Dans un imposant immeuble abritant le siège social de sa maison-mère, en l'occurrence le Groupe Aprionis. Avec un chiffre d’affaires de 1, 3 milliard d’euros, celui-ci est le cinquième groupement mutualiste de France. Comptant 2800 collaborateurs, il propose notamment une gamme de prestations à 5 millions de personnes dans différents domaines de métiers liés à l’assurance de personnes.

    C’est dire que la Mutuelle de Madagascar se trouve entre des bonnes mains. Cette situation est réjouissante car la mutuelle a été créée, il y a un peu plus de vingt ans, par des membres de la diaspora malgache à l’intention de leurs compatriotes, également à l’étranger. C’est que, la société mutualiste se spécialise dans la prise en charge des frais et des formalités administratives pour le rapatriement à Madagascar du corps ou des cendres des assurés malgaches décédés à l’étranger. Il s’agit là d’une exploitation judicieuse de la notion si chère à tous les Malgaches d’être enterrés, à tout prix, à Madagascar, la « terre des ancêtres » (tanindrazana), dès lors que, en passant de vie à trépas, ils deviennent à leur tour, eux aussi, des ancêtres.

    Dera Ramandraivonona, président de la mutuelle, estime pour sa part, que son entreprise entend surtout favoriser l’esprit de solidarité entre les Malgaches expatriés. A ce propos, il devient prolixe : « Bon nombre de Malgaches, déclare-t-il, souhaitent rapatrier les restes des leurs au pays. Or les rapatriements des corps coûtent très chers. Que le corps soit inhumé en France ou rapatrié, comment trouver de quoi couvrir les frais d’obsèques ? Il n’est pas toujours facile de rassembler l’argent en si peu de temps, malgré la solidarité des familles, des amis, des organisations malgaches ». Et d’ajouter : « En décembre 1990, la Mutuelle de Madagascar a été mise sur pied pour répondre à ces besoins spécifiques des Malgaches expatriés en France , et pour résoudre ces problèmes particuliers de nos compatriotes. Des besoins que ni les institutions sociales et les autres mutuelles de leur milieu professionnel, ni les services sociaux de l’ambassade ou des consulats malgaches, ni les différents milieux associatifs ne prennent ou ne peuvent prendre en charge. Il fallait trouver des solutions durables à ces problèmes, solutions basées selon le principe d’entraide et de solidarité mutualiste, un outil de prévoyance, sans aucun but lucratif, mais uniquement au service de ses adhérents. Cet outil a été nommé : la Mutuelle de Madagascar ».

    Il faut dire que, par définition, une société mutualiste est un organisme de droit privé sans but lucratif, offrant à ses adhérents un système d’assurance et de protection sociale. Et qu’ainsi, à l’instar de tous les administrateurs, le Président Ramandraivonona, cheville ouvrière de la mutuelle, travaille bénévolement au sein de celle-ci depuis plus de vingt ans. Néanmoins, ce sont des professionnels de l’union de mutuelles UNI Mutualité qui gèrent la mutuelle au quotidien et s’occupe du traitement technique et administratif des dossiers.

    Actuellement la mutuelle compte près de 4000 adhérents, résidant essentiellement en France. Mais, depuis 2002, elle recrute aussi parmi des adhérents auprès des Malgaches de la Réunion, des Antilles, de Belgique, de Suisse et d’Italie.

    « Avec près de 4000 assurés, précise Ramandraivonona, la Mutuelle de Madagascar est l‘organisation qui fédère le plus de Malgaches en France ».

    Concrètement, la mutuelle propose à ses adhérents, en cas de décès, deux formules : rapatriement de corps et la constitution d’un capital obsèques. Le contrat rapatriement de corps organise et prend en charge les frais et les formalités administratives, le rapatriement du corps vers Madagascar, un billet d’avion aller/retour pour permettre à un membre de la famille d’assister aux obsèques. En outre, elle verse une allocation forfaitaire de 305 €, ramenée à 150 € pour les enfants de moins de 12 ans, pour aider la famille à faire face aux dépenses inévitables.

    A propos du montant des cotisations à la Mutuelle de Madagascar, Ramandraivonona précise qu’il varie avec l’âge. « La cotisation, dit-il, reste très modique par rapport aux prestations. Par exemple, la cotisation annuelle d’une personne âgée de 21 à 40 ans est de 16 €. Alors qu’elle couvre le billet aller/ retour d’un accompagnateur et l’allocation forfaitaire. Elle est un peu plus cher si l’on adhère après 60 ans, mais elle reste sans commune mesure avec les 4000 à 8000 € que l’on doit trouver si le défunt n’a pas de mutuelle ».

    La Mutuelle de Madagascar fait partie d’un groupe qui repose sur des bases financières très solides. C’est Radiance Groupe APRI qui réassure la Mutuelle de Madagascar. Celle-ci regroupe des dizaines de mutuelles avec plusieurs milliers d’adhérents. Elle-même fait partie du groupe APRI qui existe depuis 69 ans et, en outre, du groupe Aprionis depuis l’année dernière.

    « Grâce à la réassurance, précise Ramandraivonona, la mutuelle a pu prendre entièrement en charge les frais de rapatriement jusqu’à Antsiranana des corps des quatre assurés d’une même famille, décédés lors de l’accident dramatique dû à une fuite de gaz à Avignon, au mois de janvier 2006, ainsi que les billets aller / retour de quatre accompagnateurs. Elle a dépensé a total 23 286 €. Cela correspond aux cotisations annuelles de 1455 adhérents de 21 à 40 ans ! C’est la solidarité avec les centaines de milliers de mutualistes du groupe APRI-Radiance qui a permis à la Mutuelle de Madagascat de toujours tenir ses engagements . Rien d'étonnant en cela, comme le dit un proverbe malgache qui est devenu notre devise : Ny entan-jaray mora zaka » (Les charges supportées par plusieurs pèsent moins lourdes).

     

     

     

Imprimer Retour

 

pub

 

pub

 

pub

 

pub