A la une

  • FORMATION PROFESSIONNELLE

    Atout Tourisme

    La randonnée, un produit d'Atout Tourisme

    4. Tourisme: des métiers qui s'apprennent à l'Atout Tourisme

    par Thompson Andriamanoro | 03/01/2011

    (MADA.pro) Une discussion à bâtons rompus avec Alain Rajaonah, le directeur d’Atout Tourisme à Ankorahotra est toujours instructive, avec sa vision de théoricien du tourisme doublée d’une riche expérience du terrain. Né en pleine crise de 2002, son Centre de Formation est peut-être celui qui a le plus su traverser les aléas d’une conjoncture changeante avec philosophie et optimisme, ce qui peut finalement revenir au même. Former les jeunes aux métiers du tourisme ? Le secteur a souvent souffert, mais Alain Rajaonah a aussi constaté que dans les moments difficiles, ce sont toujours les diplômés qui ont le mieux tenu le coup. Comme il n’y a pas encore de référentiels communs à tous les établissements, le programme d’Atout Tourisme mérite qu’on s’y attarde.

    LES PROS SONT CEUX QUI ONT ETUDIE LE METIER

    L’entretien commence par un survol des points noirs du réceptif et des prestations de services : « Avec les opportunités actuelles, la formation sur le tas n’est plus valable. Une des grosses épines auxquelles le secteur a toujours été confronté est aussi d’ordre déontologique. Trop d’informels et de franc-tireurs ! Les textes existent, mais c’est leur application qui pose problème ». Côté hébergement, notre interlocuteur constate qu’on a beaucoup investi dans les 3 étoiles. « On recrute, mais pas toujours chez les pros. Et les pros pour moi, ce sont ceux qui ont étudié le métier avant d’en vivre ». La formation toujours, en filigrane…Pour Alain Rajaonah, le temps est peut-être aussi venu d’accorder plus d’attention aux vrais touristes intérieurs potentiels qui disposent d’un certain niveau de pouvoir d’achat. « On pourrait même très sérieusement penser à des infrastructures ciblant tout particulièrement cette clientèle, et dont l’amortissement pourrait être assuré par le volume de fréquentation. Il y a bien sûr aussi certaines habitudes à inculquer dans cette optique, comme celle de planifier y compris financièrement ses vacances. Personnellement je suis pour la tenue régulière d’un vrai Salon du Tourisme National ».

    DES COURS EXCLUSIVEMENT EN ANGLAIS

    Voyages d’études, ateliers d’application, visites d’entreprises…Atout Tourisme a commencé son parcours avec une philosophie, celle du terrain, et s’y est toujours tenu. « Si vous me demandez de définir ce Centre, je parlerais de deux de ses facettes principales. Une, celle d’un hôtel d’application puisque nous avons établi depuis août 2010 une association avec le Avana Hôtel. Sis à Talatamaty sur la route de l’aéroport, cet établissement possède 9 chambres, une grande salle de 200 couverts, sans oublier le labo de pâtisserie. L’autre facette est celle d’un prestataire spécialisé, Atout Tourisme Madagascar, organisateur de randonnées dans les régions d’Analamanga et de l’Itasy. Encadrés par la gérante, les étudiants montent eux-mêmes leurs produits qui sont ensuite commercialisés ».

    Parmi les particularités de l’enseignement d’Atout Tourisme, plusieurs points retiennent l’attention, comme l’alternance systématique entre cours théoriques (2 mois) et pratiques (1 mois) « pour respecter notre principe de ne jamais couper l’étudiant des vraies réalités ». Une autre option qui peut étonner, les cours sont donnés exclusivement en anglais. Le choix est osé, ne serait-ce que par l’obligation de disposer d’un corps enseignant parfaitement anglophone. Mais « il fonctionne bien, prépare les étudiants tous déjà bacheliers à une bonne ouverture sur tous les domaines où la prédominance de l’anglais est incontestable, et leur donne l’assurance nécessaire face aux composantes de nos marchés émetteurs ».

    DE LA MUSEOLOGIE A AMADEUS

    Un autre avantage est la généralisation des troncs communs quelles que soient les filières choisies : Tourisme, Hébergement, ou Restauration. A titre d’exemples, avant l’inscription aux filières 16 matières sont en tronc commun dont le code du tourisme, les mathématiques, l’archéologie et la muséologie, les techniques d’accueil, les produits hôteliers. En 1ère année elles sont 19 dont les techniques de communication, la comptabilité générale, la mercatique du tourisme, les principes du management, la communication touristique anglaise, française, italienne. En 2ème année on citera la gestion fiscale, le yield management, ou encore les techniques de négociation. Cette politique des troncs communs vise à donner aux étudiants une polyvalence qui leur sera précieuse durant toute leur carrière.

    Ce tour d’horizon des grandes matières enseignées, nécessairement sélectif, pourrait se poursuivre à titre d’exemple par la Gestion et la Commercialisation de la Restauration, et la Gestion de la Production Culinaire. En 1ère année elles programment les Sciences Appliquées ( microbiologie et parasitologie alimentaire, accidents du travail et maladies professionnelles, postures et gestes…) ainsi que l’Ingénierie ( programmation, maintenance, sécurité, ingénierie hôtelière et de la restauration…) En 2ème année on trouvera les Notions de Contrôle Qualité et Productivité en Restauration ( techniques d’analyse de ventes, indications de productivité du personnel, élaboration de standard d’achats…), les analyses fonctionnelles et structurelles (approche structurée des systèmes, études des composants, études des fonctions techniques…) ainsi que la Gestion Logistique ( transport et manutention, approvisionnement et stocks, production et maintenance…) Pour ce qui est par contre de la Production et de la Commercialisation Touristique, on pourrait citer en 1ère et en 2ème année le système Amadeus des compagnies aériennes et l’e-ticketing, la faune et la flore, le guidage thématique, ainsi que les tourismes durable, rural, fluvial.

    30 MOIS POUR LA LICENCE

    Les voyages d’études enfin, à la charge du Centre, tiennent une place importante dans la Formation version Atout Tourisme . Au nombre de 4 dont 2 par cycle, ils suivent 3 grands axes à savoir Tana-Fénérive Est, Tana-Fianar, Fianar-Tuléar jusqu’à Ifaty Mangily. S’y ajoutent les randonnées villageoises autour d’Antsirabe en collaboration avec l’Association Ravaka. Et Alain Rajaonah de préciser : « Il faut compter 20 mois pour acquérir le Brevet de Technicien Supérieur (BTS), et 10 mois de plus pour la Licence. Nos enseignants sont au nombre de 15. Nous avons 2 classes de 1ère année, 2 également de 2ème année, et une de 3ème année ». Les relations avec le secteur ? « Un de nos points forts réside dans le fait qu’on est bien connu des opérateurs. Nous sommes par exemple membre de la Fédération des Hôteliers et Restaurateurs de Madagascar (FHORM). Parmi nos partenaires de travail je pourrais aussi citer le Colbert, le Tamboho, l’Hôtel du Louvre, ou le Radama Hôtel. Sur le plan international nous avons d’excellentes relations avec IFC un Institut Privé de Paris, ainsi qu’avec la Région Aquitaine ».Parmi les anciens d’Atout Tourisme qui lui viennent à l’esprit il peut citer Virginie Randrianasolo, Responsable de l’Association Ravaka d’Antsirabe, Vanina Razafindratovo, Responsable Ecotourisme du TO Boogie Pilgrim, ou également Tahiry Randrianasolo, Directeur Exécutif de l’Office du Tourisme de Fianarantsoa. De quoi donner des ailes aux quelque 40 sortants que produit l’Institut chaque année…

     

     

Imprimer Retour

 

pub

 

pub

 

pub

 

pub