A la une

  • MARCHE TOURISTIQUE (1)

    Eductour

    Eductour avec des Sud-africains

    Les actions de promotion continuent malgré la crise politique

    par Thompson Andriamanoro | 01/10/2009

    (Mada) Les actions de promotion de l’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM) sont autant d’investissements dont l’impact est à lire dans la courbe suivie par les résultats d’une année à l’autre. 2008 a à ce sujet été une année bien remplie durant laquelle l’office a véritablement été sur tous les fronts. Et puis, la crise politique de 2009 est passée par là. De ce qui a été capitalisé en termes de notoriété de la destination, tout ne sera pas perdu. Pas d’illusion déplacée donc, mais ce tourisme malgache qui n’en finit pas de s’aligner en bout de piste pour son décollage en a vu d’autres…

    Des sept salons professionnels programmés en 2008, la participation malgache la plus forte a été enregistrée au salon Le Monde à Paris (vingt et un participants dont huit tour opérateurs, un hôtelier, un représentant de compagnie aérienne, dix d’offices régionaux de tourisme et un de l’ONTM). Suivent dans l’ordre Top Resa qui a délaissé Deauville pour la capitale française, BIT Milan et Indaba Durban à égalité, ITB Berlin, le WTM Londres, et le Fitur Madrid. C’est en fait une illustration parfaite du profil actuel des marchés du tourisme malgache.

    Les particularités de la demande ont aussi amené l’office à ne pas négliger les salons grand public. Il a ainsi été au rendez-vous du Vakantiebeurs d’Utrecht, de la Foire Internationale de Nancy (en tandem avec l’artisanat), et de la Fête Maritime Internationale de Brest où Madagascar était invité d’honneur au même titre que le Vietnam, la Croatie, la Galicie, et la Norvège.

    Côté supports informatifs, les points forts ont été la réédition du Manuel des Ventes en deux versions, française et anglaise, et la parution du magazine Info Tourisme Madagascar. Ce périodique permettra aux professionnels internationaux, partenaires et représentations diplomatiques de suivre, pratiquement en temps réel, l’actualité touristique de Madagascar.

    Six Tours Educatifs pour vendeurs ont été organisés durant l’année 2008. Ils ont été « taillés » en fonction des attentes et des spécificités de chaque marché (anglo-américain, sud-africain, scandinave, italien, espagnol, auxquels s’est ajouté un tour conçu spécialement pour les meilleurs vendeurs internationaux d’Air Madagascar). Dans un souci d’optimisation des résultats, chaque voyage a systématiquement été suivi d’un workshop rassemblant les participants et les tours opérateurs locaux.

    Côté presse Internationale, onze reportages bien ciblés ont été facilités par l’ONTM. Respectivement pour Two Hands Production (faune et flore), Lux TV (univers haut de gamme), Bonne Pioche (l’Ankarana), Lion TV (Antananarivo et la Baie d’Antongil), Capa Presse (le chemin de fer Fianarantsoa-Manakara et le saphir), Easy Voyage (l’artisanat et les baleines), M6 (Nosy Be et le développement touristique de Madagascar), un reportage « magazine » répercuté sur sept titres (dont Marie Claire, Elle, et le Figaro Magazine ), Films Concept Associés (Nosy Mangabe, les baleines, Marojejy, et le plateau Mahafaly), la série Vu du Ciel du célèbre photographe Yann Arthus-Bertrand, ainsi qu’une assistance à l’écrivain-aventurier sud-africain Riian Manser dans son projet de tour de Madagascar en kayak.

    Ecotourisme, tourisme solidaire, équitable, durable… Tous ces concepts qui marquent les tendances montantes du tourisme mondial trouvent leur application dans la diversité du Produit Madagascar. Un concours intitulé TO Competition a de ce fait été organisé à l’intention des opérateurs touristiques pour les sensibiliser sur ces concepts. Douze TO ont participé à l’édition 2008 de ce concours que l’office national envisage de reconduire tous les ans.

    Dernier point et non des moindres, l’office s’est intégré à certaines opérations conjointes comme Enjoy Madagascar 2008 tenu à Antananarivo, premier salon international du tourisme, de l’agro-alimentaire, de l’artisanat, de la culture, et de l’environnement. Ambitieux pour un début , Enjoy a réuni sur 5000 m² de surface 86 exposants dont 16 Offices Régionaux du Tourisme de Madagascar, 2 offices des îles voisines, 12 groupements et associations, 23 opérateurs du transport aérien et du tourisme…

    Sur les cinq dernières années le tourisme de Madagascar a progressé de 15% en moyenne. Des chiffres ont été donnés pour l’horizon 2012, dont celui de 500 000 arrivées. 2009 pourra-t-elle n’être qu’une parenthèse à refermer au plus vite ?

    Entrée libre

    Des groupements d’opérateurs ont longtemps décrié cette mesure hautement dissuasive qu’est le montant jugé exorbitant des droits de visa exigés des touristes. Certains ont même vainement plaidé pour leur suppression comme ont osé le faire d’autres destinations qui ont aujourd’hui le vent en poupe. Ils se sont toujours heurtés au veto des partisans purs et durs de la « réciprocité ». Il aura fallu le spectre des conséquences prévisibles de la crise politique, ainsi que la volonté d’écoute des autorités de la Transition pour que la mesure soit prise : les droits de visa pour les séjours inférieurs à 30 jours sont suspendus du 20 avril au 31 décembre. Une période probatoire en quelque sorte, dont les impacts décideront de la suite définitive à donner à cette épineuse question.

    Un créneau qui devrait savoir rapidement tirer profit de cette mesure est celui des croisières maritimes. Elles ont pendant longtemps été pénalisées par ce problème de visa, Madagascar étant le seul pays de la zone à faire payer aux croisiéristes, quand bien même les séjours à terre dépasseraient rarement les 4-6 heures. La Grande Ile bénéficie de deux itinéraires aussi intéressants l’un que l’autre : le premier venant de Durban en Afrique du Sud avec continuation sur la Réunion et Maurice. L’autre partant du Kenya et ses parcs nationaux et faisant successivement la Tanzanie et Zanzibar, les Comores et Madagascar où il programme au moins Nosy Be et Antsiranana avant de remonter sur les Seychelles. Les descentes des bateaux au long cours sous-utilisés dans le Nord en hiver restent par contre en pointillé pour toute cette zone depuis que les pirates somaliens en ont décidé autrement…

     

     

     

Imprimer Retour

 

pub

 

pub

 

pub

 

pub