A la une

  • PARC NATUREL

    A la une

    Vue aérienne du parc de Tsarasaotra

    Parc de Tsarasaotra : un refuge d’oiseaux en pleine ville

    Par Joel Sylvain Rasamoely | 16/11/2009

    (Mada) En milieu urbain d’Antananarivo, une zone humide aménagée est devenue le refuge de centaines d’oiseaux appartenant à plus d’une soixantaine d’espèces. Ce site exceptionnel est le Parc de Tsarasaotra. Celui-ci se situe à quatre kilomètres du centre-ville, en bordure des quartiers d’Alarobia, Soavimasoandro, Mahatony et Morarano.

    S’étendant sur une superficie de 27 ha, le parc est entouré de tamboho (vieille muraille traditionnelle) et comporte un lac, un îlot, diverses végétations, et même, des vestiges historiques.

    Le Parc de Tsarasaotra est devenu un site d’observation de l’avifaune malgache. Il est mondialement connu. C’est que, désigné « zone humide d’importance internationale » par les autorités malgaches, il a été classé Ramsar dans le cadre de la Convention sur les zones humides à laquelle Madagascar a adhéré en 1998. De plus, il a été placé, en 2005, sous la protection d’organisations internationales s’occupant de la protection de la nature telles que WWF, Birdlife International, Peregrine’s Fund.

    Aussi, n’est-il pas étonnant de constater que près d’un millier de visiteurs étrangers, venus des quatre coins du monde, passent à Tsarasaotra chaque année. A partir de sept points d’observation, les visiteurs peuvent observer à loisir les oiseaux sur le lac, sur l’îlot, dans les arbres et arbustes, dans les zones marécageuses, dans les zones herbeuses, et bien sûr, dans les airs. Ils peuvent également consulter au bureau d’accueil : l’inventaire scientifique des oiseaux connus de Tsarasaotra, leurs localisations en fonction de l’habitat et des saisons, les résultats des derniers comptages. Les visiteurs peuvent enfin consigner leurs découvertes dans un livre, mis à la disposition du public.

    Lucia Scodanibbio, spécialiste de la sauvegarde de l’environnement, décrit le site en ces termes : « Le Parc de Tsarasaotra est un des sites Ramsar les plus petits. Son lac est une zone exceptionnelle au milieu d’un environnement urbanisé, servant à la reproduction et au refuge des oiseaux d’eau, en particulier des hérons et des canards qui se trouvent sur les hauts plateaux, et qui parcourent le centre du pays. Le lac est un refuge particulièrement important pendant la saison de chasse. Situé au milieu des camphriers et des eucalyptus centenaires, avec une bordure de graminées et des Cyperus et Juncus spp, le lac abrite quatorze espèces et sous-espèces endémiques d’oiseaux d’eau. Trois de ces espèces sont globalement menacées, parmi elles figurent le Canard de Meller qui est en danger et la Grèbe malgache qui est vulnérable. Ce lac est le seul endroit connu qui concentre sur les hauts plateaux malgaches, une population de Hérons crabiers de Madagascar (menacée) ».

    Pour sa part, Sonia Ranarivelo, responsable de l’agence de voyages Boogie Pilgrim qui organise les visites de l’endroit, souligne que le Parc de Tsarasaotra est le seul site privé au monde classé Ramsar. En fait, le lac et ses environs sont une propriété privée appartenant aux descendants d’Emile Ranarivelo. Ces derniers l’ont achetée en 1896 aux descendants du premier ministre Rainilaiarivony lorsque celui-ci a été exilé en Algérie par l’administration coloniale française.

    En 2001, l’Association Parc de Tsarasaotra (APT), à but non lucratif, a été créée. Elle regroupe tous les descendants d’Emile Ranarivelo. Le groupement a pour but d’œuvrer en faveur de la protection, la conservation, la valorisation, l’aménagement et l’entretien du Parc de Tsarasaotra. A ce propos, Sonia Ranarivelo précise : « Nous coopérons avec tout organisme public ou privé, les mouvements de défense de la nature et les particuliers susceptibles d’apporter leur concours à ce projet ».

     

     

     

Imprimer Retour

 

quad

 

pub

 

pub

 

pub